Quote this publication Share Print

Stratégie de vaccination contre le Sars-Cov-2 - Recommandations préliminaires sur la stratégie de priorisation des populations à vacciner

Vaccine recommendation - Posted on Nov 30 2020

Conformément à sa note de cadrage, la HAS anticipe, depuis mai, ses travaux portant sur la stratégie vaccinale contre la Covid-19. Elle avait en juillet dernier, émis des recommandations préliminaires sur l’anticipation de scénarios possibles de vaccination et sur les populations qui pourraient être prioritaires.

A la demande du Ministère chargé de la santé, la HAS en s’appuyant sur la Commission technique des vaccinations, actualise aujourd’hui ces recommandations sur les populations prioritaires compte tenu des données disponibles depuis juillet dernier et selon le calendrier prévisionnel d’approvisionnement des vaccins pour la France.

A qui s’adresse ces recommandations ?

Elles s’adressent à :

  • tous les citoyens ;
  • tous les professionnels des secteurs de la santé, du médico-social et du social ;
  • des pouvoirs publics.

Quels sont les objectifs de cette recommandation ?

Dans la perspective prochaine de la mise sur le marché des vaccins contre le SARS-CoV-2 et d’une allocation progressive des doses, cette recommandation préliminaire vise à définir en amont et de façon transparente quels seront les objectifs initiaux du programme de vaccination ainsi que les publics qui seront vaccinés en priorité.

Principales conclusions de la recommandation :

Les objectifs initiaux du programme de vaccination les objectifs d’une campagne de vaccination telle qu’elle pourrait être implémentée en 2021 en France, dès lors que les vaccins contre le SARS-CoV-2 disposeront d’une AMM, seront de :

  • réduire la morbi-mortalité attribuable à la maladie covid-19 d’une part ;
  • maintenir les activités essentielles liées au fonctionnement du pays d’autre part et en particulier du système de santé.

Ainsi d’après :

  • la revue de la littérature qu’elle a menée,
  • les premiers résultats du modèle en population réalisées à la demande de la HAS par l’Institut Pasteur et l’EHESP,
  • le calendrier prévisionnel de livraison de doses de vaccin,

la HAS a établi des recommandations préliminaires de priorisation des populations à vacciner selon les séquences qui suivent :

Considérant les informations préliminaires dont elle dispose ainsi que le calendrier prévisionnel et évolutif d’approvisionnement en vaccins, la HAS a établi des priorisations par phases de mise à disposition des doses de vaccins.

Ces recommandations supposent que la balance bénéfice/risque des vaccins soit favorable dans les populations considérées.

En raison de la faible inclusion (voire de l’exclusion) des femmes enceintes et des moins de 18 ans dans les essais cliniques en cours, la vaccination de ces populations n’est pas priorisée, à ce stade. 


Phase initiale critique d’approvisionnement (dès la mise à disposition des premières doses de vaccins)

Dans cette phase initiale lors de laquelle un nombre limité de doses sera disponible, deux populations apparaissent comme toutes premières prioritaires en raison de leur vulnérabilité (âge et/ou co-morbidités) et de leur exposition accrue au virus Sars-Cov-2 :

  • Les résidents d’établissements accueillant des personnes âgées et résidents en services de longs séjours (EHPAD, USLD …)
  • Les professionnels exerçant dans les établissements accueillant des personnes âgées (en premier lieu en EHPAD, USLD) présentant eux-mêmes un risque accru de forme grave/de décès (plus de 65 ans et/ou présence de comorbidité(s))


Deuxième phase critique d’approvisionnement :

Dans une seconde phase critique d’approvisionnement, les principaux critères à considérer pour permettre une allocation optimale des doses fondée sur la maximisation des hospitalisations et des décès évités par la vaccination sont : le cumul de facteurs de risque associant l’âge élevé et la présence de pathologies/comorbidités pour lesquels le risque de formes graves ou décès attribuables à la Covid-19 est établi.

  • Les personnes âgées de plus de 75 ans, en commençant par les plus âgées/présentant une ou plusieurs comorbidité(s)
  • Puis les personnes âgées de 65-74 ans, en priorisant celles présentant une ou plusieurs comorbidité(s)

Puis les professionnels des secteurs de la santé et du médico-social âgés de 50 ans et plus et/ou présentant une ou plusieurs comorbidité(s) (quel que soit le mode d’exercice)                           


Troisième phase critique :

  • Les personnes à risque du fait de leur âge (50-65 ans) ou de leur(s) comorbidité(s) non vaccinées antérieurement
  • Les professionnels des secteurs de la santé et du médico-social non vaccinés antérieurement

 Les opérateurs/professionnels des secteurs « essentiels »


Quatrième phase 

  • Les personnes vulnérables et précaires (sans domicile fixe…), vivant en collectivité (prisons, établissements psychiatriques, foyers…) non vaccinés antérieurement du fait de leur âge ou comorbidité
  • Les professionnels prenant en charge les personnes vulnérables dont les travailleurs sociaux, non vaccinés antérieurement du fait de leur âge ou comorbidité(s)

Les personnes vivant dans des hébergements confinés ou encore travaillant dans des lieux clos favorisant l’acquisition de l’infection (ouvriers du bâtiments, abattoirs, etc) non vaccinés antérieurement du fait de leur âge ou comorbidité(s)


Cinquième phase 

Autres tranches de la population susceptibles d’être infectées (18-50 ans) et non ciblées antérieurement.

Par ailleurs, la  HAS rappelle qu’elle ne préconise pas, à ce stade, de rendre obligatoire la vaccination contre la Covid-19, que ce soit pour la population générale ou pour les professionnels de santé.

Elle insiste sur la nécessité d’une information claire et accessible des publics à toutes les phases de mise à disposition des vaccins.

La HAS recommande au cours de ces phases critiques d’allocation optimisée des doses qu’un suivi de la distribution des doses soit opéré afin de remobiliser autant que de besoin des doses vers des publics prioritaires

La HAS ne considère, à ce stade, aucune orientation de vaccination selon le statut infectieux vis-à-vis du Sars-CoV-2 des individus et  prendra en compte les données de séroprévalence, les connaissances sur la durée d’immunité conférée par l’infection naturelle et les résultats des essais cliniques selon le statut initial infectieux vis-à-vis du Sars-cov-2 lors de l’élaboration de la stratégie vaccinale.

Enfin, elle rappelle que ces recommandations préliminaires seront amenées à évoluer à mesure que de nouvelles informations seront disponibles sur :

  • l'immunogénicité et l'efficacité des vaccins dans les différents groupes d'âge et groupes à risque ;
  • la sécurité des vaccins dans les différents groupes d'âge et groupes à risque et leur durée de protection ;
  • l'effet des vaccins sur l'acquisition de l'infection et la transmission et le risque de formes graves ou de décès ;
  • les résultats des modèles épidémiologiques basés sur les caractéristiques de la population française et simulant différentes stratégies de vaccination fondées sur l’âge et les facteurs de risque ;
  • la dynamique de circulation et de transmission du virus SARS-CoV-2 dans la population française ;
  • les caractéristiques épidémiologiques, microbiologiques et cliniques de la maladie Covid-19, en particulier à partir de données françaises.

 


Contact Us

Commission technique des vaccinations